français fr
  • English en
  • français fr
Suivez nos évènements et nos nouveautés, ici.
français fr
  • English en
  • français fr
0

SEGOFFIN Victor (1867-1925)

Victor Joseph Jean Ambroise Ségoffin est né à Toulouse en 1867. Il est mort, dans la même ville, en 1925. Son nom de sculpteur et médailleur français est Victor Ségoffin.

Après son lycée, il est admis à l'École des beaux-arts de Toulouse. En 1887, il devient orphelin. Il s'engage, alors, dans l'armée. Il prend des cours à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. L’élève artiste entre en 1888 à l'École des beaux-arts de Paris. 

En 1895, il obtient le second grand prix de Rome, en 1896, le premier second grand prix de Rome. En 1987, le premier grand prix de Rome est obtenu pour son plâtre Orphée perdant pour la seconde fois Eurydice, entraînée de nouveau par Mercure dans les régions infernales. Ségoffin expose au Salon des artistes français entre 1890 et 1923, et participe à l'Exposition universelle de 1900. Il y fut médaillé de bronze. De 1897 à 1901, l’artiste est pensionnaire à la villa Médicis à Rome. En 1920, il devient le chef de l'atelier de sculpture pour femmes à l'École des beaux-arts de Paris. En 1922, après son parcours examplaire, le sculpteur toulousain est couronné de la cravate d’officier de Légion d’honneur.

Son art est influencé par François Rude, Auguste Rodin et surtout Alexandre Falguière, représentatif de l'école toulousaine. Ségoffin se spécialise dans les bustes en bronze et en marbre. Il utilisa dans ces œuvres des leçons du modelage réaliste apprises de Barrias, développant un rendu fidèle de l’enveloppe des modèles. Il sut récréer l’attitude qui marquent une personnalité.

Le sculpteur s’intéresse aussi aux sujets allégoriques et mythologiques. Il répondit à de nombreuses commandes publiques, dont la Danse Sacrée et La Danse Profane ou Guerrière, destinées au Palais de l’Élysée, d’autres pour le Panthéon, le jardin du Luxembourg, la décoration du Louvre. Certains bustes tels ceux d’Harpignies, de Ziem, de Bonnatl, entrèrent alors dans les collections des Musées du Luxembourg.